Assemblée de Quartier Try d’Haies-Chéniat-Ferrée par Mail

Bonjour à tous,

Notre dernière assemblée de quartier a eu lieu le 10 février 2020, un mois juste avant le confinement instauré par le gouvernement fédéral à la suite de la pandémie du Corona Virus.

Pour l’instant, il ne nous est pas possible de fixer une date pour une prochaine assemblée car les salles communales sont fermées jusqu’au 31 août et que le regroupement de plusieurs personnes est toujours interdit.

Pour votre information, sachez que les membres de votre Comité, composé de Nicole Asset et Marie-Christine Lefèvre (rue du Village), Nathalie Malonne (allée des Platanes), Nathalie Saleilles (allée des Mésanges), Michel Gilles (chaussée de Philippeville) et letizia Piret-Corona présidente habitant au 23c rue de la Joncquière, sont toujours accessibles et prêts à vous entendre et relayer vos remarques, inquiétudes etc…  N’hésitez pas à les interpeller et me contacter :  par mail :   letiziacorona59@gmail.com  ou au 0498/ 54 38 51.

En attendant que la situation nous permette de tenir une assemblée de quartier, nous avons décidé de vous tenir au courant par mails des avancées des points que vous nous avez soumis et des grands projets qui nous concernent tous.

Jusqu’à présent, nous avons reçu plusieurs questions dont voici les informations que nous avons pu récolter auprès des responsables.

Au plaisir de vous lire en attendant de se revoir.

D’ici là prenez soin de vous, et des autres,

Letizia

Ordre du jour

  • Quid de l’enlèvement de la berne centrale sur la N5 à partir du magasin le Parc du Tapis jusqu’à l’entrée du Rond-point du Bultia ?

Renseignements pris auprès de Monsieur Godani Chef de District à la Direction des Routes de Charleroi.

C’est simplement une mise en conformité, on devait supprimer ces éléments qui n’étaient pas solidaires entre eux. Ces éléments étaient indépendants, pas à la même hauteur, certains trop bas pour les chasse roues avec risques de renversement si les camions les accrochaient.  Risques aussi de basculer de l’autre côté de la chaussée. Ils sont éliminés dans un premier temps car cela servirait d’agrandissement de la zone si on devait faire les travaux prévus dans le cadre du BHNS pour réaliser la piste cyclable bidirectionnelle, en accotement du côté gauche de la N5 vers Philippeville. Cela permettra également de basculer la circulation du même côté pendant les travaux.

Devant le magasin le Parc du Tapis la berne centrale est enlevée pour effectuer des travaux concernant une chambre de visite de la SWDE qui s’effondre.

  • Quid du projet du BHNS ?

Renseignements pris auprès de Mme Verbist et du service du Fonctionnaire Délégué Mr Stokis.

Mme Verbist confirme bien que le projet avance. Que le service travaille en tenant compte de toutes les remarques émises lors des réunions de concertation ainsi que de nouvelles demandes de la ville de Charleroi à la suite de la visite du BHNS à Lens le 9 mars 2020.

Le permis ne sera pas déposé pendant le confinement.

Le service du Fonctionnaire Délégué me confirme que pour l’instant aucune demande de permis n’a été déposée. Dès que la demande est déposée, le service a 20 jours pour acter si le dossier est complet ou non. S’il est complet, au 20eme jour il envoie aux communes concernées l’accusé de réception pour que celles-ci réalisent les modalités de publicité pour les enquêtes publiques.

  • Suite pollution de l’air sur la N5 à Loverval ?                                                          

Contact avec Mr De Bast responsable à l’Agence Wallonne de l’Air et du Climat.

Mr De Bast, m’informe qu’une vaste campagne de diagnostic de la qualité de l’air a débuté dans la région de Charleroi. D’une part, 3 stations mobiles ont été installées dès le début du mois de novembre 2019 pour une durée d’un an au centre-ville.  Le dispositif est complété par une trentaine de tubes à diffusion passive pour la mesure du dioxyde d’azote, polluant tant décrié, dont une source majeure est la circulation des véhicules.   L’objectif de ce dispositif est de caractériser l’impact de la proximité du trafic urbain sur la qualité de l’air.  A priori, un des 3 emplacements devrait accueillir ensuite une station permanente de mesure de la qualité de l’air.

En parallèle, la ville de Charleroi nous a sollicités pour établir un diagnostic de l’impact actuel du trafic sur la N5 (Philippeville-Charleroi) et sur la N53 (Beaumont-Charleroi) avant implantation du BHNS (Bus à Haut Niveau de Service).  Une station mobile sera installée pour un an également sur chacun de ces axes entrants : l’une sur la N5 à Couillet-Queue (juste en aval de Loverval vers Charleroi), l’autre sur la N53 à proximité du musée de la photographie.  Une cinquantaine de tubes à diffusion passive complèteront le dispositif sur le tracé du bus. Compte tenu de la quantité de matériel déployé, il est difficile d’imaginer d’installer du matériel supplémentaire. En outre, les enseignements tirés des mesures réalisées dans le cadre de ce projet constitueront sans aucun doute un enseignement transposable en amont sur la N5.

Letizia : Qu’allez-vous faire avec le résultat des mesures que vous allez récolter ?

Benoit De Bast :  On va implanter une station trafic et en fonction des mesures qui seront réalisées, pour répondre aux directives européennes en matière de qualité de l’air, nous devons installer des stations trafic. La ville de Charleroi pourrait être obligée de modifier ses plans de mobilité. Par rapport au BHNS c’est à la demande de la ville de Charleroi, c’est un vaste programme mis en œuvre par la ville de Charleroi qui nous a demandé d’établir un diagnostic avant l’implantation du BHNS et nous établirons le même diagnostic une fois le projet mis en œuvre. Cela permettra d’évaluer la différence avant et après. Pour cela on a consacré une station de mesure sur les 2 axes entrants à Charleroi visés par le BHNS.

Letizia : Où exactement est installée la station de Couillet Queue ?

Benoit De Bast : Elle se trouve juste en aval du Ring R3 près de l’implantation du futur parking de délestage du BHNS en dessous du viaduc.

Letizia :  pensez-vous que les informations que vous allez récolter à Couillet Queue peuvent être aussi valables pour la partie en amont de la N5 c’est-à-dire jusqu’au Rp Ma Campagne et même plus haut ?

Benoit De Bast :  Je suis convaincu que la situation sera similaire en amont, parce qu’on va avoir un diagnostic clair, précis surtout en temps réel au niveau de la station de mesures temporaires (sous le viaduc). A partir de là on aura aussi des tubes à diffusion passive qui permettront d’avoir une vision plus intégrée dans le temps puisque ce sont des tubes qui sont relevés tous les 15 jours, qui est une accumulation d’acides d’azote, qui présente une bonne signature du trafic de moteurs thermiques et donc on aura une bonne visibilité de l’impact global sur le long terme sur la N5 comme sur la N53.

Letizia : Quand pensez-vous synthétiser et diffuser toutes ces mesures ? 

Benoit De Bast : Ce qui est prévu c’est un an de mesures, toute l’année 2020. En 2021 l’information devra être rendue publique tant au niveau des 2 stations temporaires que des tubes à diffusion passive.

  • Futurs aménagements prévus au carrefour entrée allée Notre-Dame de Grâce/N5. Sécurisation.

Lors de notre dernière assemblée de quartier, plusieurs riverains de l’allée des Templiers étaient venus dénoncer une fois de plus le problème d’insécurité qui persiste depuis plusieurs années engendrés par le stationnement sauvage des parents qui viennent déposer ou rechercher leurs enfants  à l’IND et à la petite école de langue.

Le 9 mars, j’ai adressé un courrier à Mr Godani Chef de District à la direction des Routes de Charleroi, à notre bourgmestre Monsieur Busine, notre échevin de la sécurité routière Monsieur Gorez, au Chef de zone Monsieur Bal, l’inspecteur Principal Monsieur Valdevit et notre agent de quartier Monsieur Devergnies relatant cette insécurité.

Le 20 mars Mr Godani me répond, me remercie pour notre vigilance et m’informe qu’une rencontre a eu lieu entre le SPW et l’Administration Communale de Gerpinnes.

Il a été décidé que dans un délai relativement court, un aménagement sera réalisé, par le SPW, au niveau de la « goutte d’eau » en marquage strié sur la rue Notre-Dame de Grâce, afin d’empêcher physiquement le stationnement sur cette dernière et à ses abords immédiats (dont le passage piéton).

Concernant le stationnement dans l’allée des Templiers, la situation est plus délicate à gérer sans réaménager complétement les lieux, ce qui devrait arriver avec le projet BHNS.

Mr Godani espère pouvoir réaliser ces aménagements pour la rentrée de septembre.

  • Entretien des haies dans les sentiers.

Pendant la période de confinement, nous avons pu nous promener par les sentiers du quartier pour nous rendre dans le bois. Plusieurs riverains sont revenus vers nous, nous informant qu’à certains endroits les haies des particuliers n’étaient pas coupées, cela rendait le passage difficile.

Pour rappel, l’entretien des haies qui longent les sentiers incombe à l’habitant. (Règlement de Police). Vérifiez donc le côté de votre haie qui donne sur un sentier pour voir s’il n’a pas besoin d’être entretenu. De même que l’entretien du filet d’eau et des trottoirs devant les propriétés incombe aussi aux personnes qui y habitent, propriétaires ou locataires.

  • Abattages d’arbres à la Drève de la Ferrée et au Chemin de Fromont

Contact avec l’agent du DNF Mr Corman et Mr Delfosse responsable forestier de la Régie Communale Autonome de Charleroi.

  • Concernant les arbres abattus dans le bois du Prince :

on a dû couper une grosse partie des frênes parce qu’ils sont atteints de la chalarose, maladie mondialement connue.

La chalarose est une bactérie qui s’attaque à tous les frênes et fragilise l’arbre. Celui-ci casse et devient dangereux pour les promeneurs. Elle attaque toutes les forêts au niveau mondial. Dans un premier temps, ils vont attendre comment la nature va réagir et puis ils vont replanter si besoin.  IL fallait absolument couper ces arbres pour la sécurité des promeneurs. On a dû aussi couper des hêtres, des chênes sur le plateau parce qu’ils étaient arrivés à maturité et devenaient dangereux.

Mr Delfosse ajoute que suite à une réunion avec les responsables du Canal du Midi en France qui s’étend de Toulouse à toute la Méditerranée, ils ont dû abattre 24000 frênes. Au Canada il y a 1/3 de la forêt qui doit être rasée.

  • Concernant les arbres abattus au Chemin du Bois de Fromont :

c’est un bois privé qui appartient aux habitants du Château de Roumont. C’est une éclaircie pas une mise à blanc. Cela fait partie d’un entretien normal du bois en respectant la réglementation.

  • Concernant les arbres abattus dans la drève de la Ferrée rue de Chatelet :

c’est un bois communal qui se situe sur la commune de Nalinnes. C’est une gestion normale qui a été faite suivie de nouvelles plantations en respectant aussi la réglementation.

C’est une coupe normale qui a lieu tous les 12 ans dans chaque bois de la Région Wallonne.

Même si c’est choquant à voir, je pense qu’il faut laisser travailler les professionnels du secteur. Les agents du DNF (Département Nature et Forêts) sont là pour protéger notre nature.

  • DIVERS

Pour rappel, sachez que les services communaux sont à nouveau accessibles au public depuis le 14 mai 2020, selon l’horaire habituel et en respectant certaines mesures :

–  porter un masque

–  faire usage du gel hydroalcoolique qui sera à votre disposition

–  venir seul de préférence ou, au plus, avec un enfant de moins de 18 ans. Les personnes à mobilité réduite pourront être accompagnées.

Si ces conditions ne sont pas respectées, l’accès aux bureaux vous sera refusé.    

La menace du Covid-19 n’est pas écartée. Pour réussir le déconfinement, il est important de limiter les contacts physiques. Pensez donc à privilégier les démarches par mail ou par téléphone lorsqu’elles sont possibles.

Merci pour votre lecture et à très bientôt.

Letizia Piret-Corona, Présidente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.